Accueil / Blog / Nous sommes allés à la rencontre de Laurent Colette,

6 avril

Nous sommes allés à la rencontre de Laurent Colette,

Directeur général à l’Olympique de Marseille (OM) et ancien Français de l’étranger.

Nous sommes allés à la rencontre de Laurent Colette,

Laurent Colette a passé plus de 25 ans en dehors de l’hexagone, en Espagne et en Italie. Il a occupé des fonctions chez Nike, Universal Studios avant de rejoindre l’univers du football 9 ans au FC Barcelone et deux ans à l’AS Roma. Il a gentiment accepté de répondre à nos questions :

En quoi le sport peut-il constituer un vecteur d’insertion pour les enfants en difficulté ou tout simplement aider les enfants à devenir des adultes responsables et « bien dans leurs baskets » ?

Le sport a sans nul doute un rôle social affirmé et ce sur bien des niveaux. Les grands joueurs de football par exemple sont des idoles dont les jeunes boivent littéralement les paroles. Quand Messi explique à des gamins qu’il est important de suivre une alimentation équilibrée pour devenir un champion, il est beaucoup plus écouté que sa maman, son grand frère, le prof du lycée ou un responsable politique.
Le sport est aussi une formidable école de valeur  ; le sport est aussi une formidable école de valeurs qui permet aux jeunes d’acquérir des comportements qui leur serviront dans leur vie d’adulte. De nombreux clubs de football ou de basket développent via leur Fondation des sessions qui permettent l’apprentissage de valeur grâce au sport, à base d’exercices faciles et ludiques. Dans certains pays en développement, le sport est considéré comme une des voies les plus attirantes pour s’en sortir. En tout cas, c’est un vecteur d’espoir qui parle à une cible jeune et qui peut l’écarter du désœuvrement comme de la délinquance.

Comment la filière sportive survit-elle en temps de Covid ?

Les temps sont difficiles car les mesures sanitaires cherchent à éviter les rassemblements de personnes. Donc, les matchs sont organisés devant des stades absolument vides, ce qui est triste à voire à la télévision malgré des artifices créatifs qui consistent à reproduire artificiellement des bruits de supporters comme ces rires préenregistrés dans les séries télévisées.
L’impact est surtout économique puisque les clubs n’ont plus aucune recette de billetterie, sans oublier l’annulation d’évènements ou de concerts qui permettent généralement de rentabiliser un stade. La période est donc délicate et certaines entités craignent pour leur survie.

Est-ce que l’OM a des projets d’école dans le monde, en Floride peut-être un jour ?

L’OM opère d’ores et déjà des écoles sous un système de franchise au Maghreb (Algérie et Tunisie) et va très bientôt ouvrir de nouvelles unités au Maroc et au Nigeria. Nous avons des contacts avancés sur la Floride et nous étudions à l’heure actuelle le modèle et les détails pour mener ce projet à bien.

Suivez-nous